13 février 2017

3ème session « 2+2 » franco-japonaise

M. Fumio Kishida, ministre des Affaires étrangères du Japon, Mme Tomomi Inada, ministre de la Défense, et leurs homologues français, MM. Jean-Marc Ayrault et Jean-Yves Le Drian, se sont réunis à Paris en janvier 2017 pour la 3ème session des consultations politico-militaires ministérielles « 2+2 ».

Ces consultations ont permis de constater les convergences de vue entre la France et le Japon sur les questions globales, internationales et régionales et de faire progresser la coopération bilatérale, notamment en matière de sécurité et de défense.

Les quatre ministres ont réaffirmé que la France et le Japon partagent les mêmes valeurs concernant la liberté, la démocratie, les droits de l’Homme et le respect de l’Etat de droit. Ils ont réitéré leur engagement à renforcer la paix, la stabilité et la prospérité à l’échelle internationale et à répondre ensemble aux défis sécuritaires mondiaux, comme dans la région Asie-Pacifique.

« Dans la région Asie-Pacifique, l’environnement sécuritaire est de plus en plus tendu » a souligné M. Kishida dans une tribune publiée dans Le Figaro du 6 janvier. Alors que le principe d’un ordre international reposant sur l’Etat de droit est remis en cause, les ministres se sont entendus pour collaborer étroitement au maintien d’un « bassin Indo-Pacifique – une zone qui engloberait les régions du Pacifique et de l’océan Indien jusqu’à l’Afrique orientale- libre et ouvert ». Ainsi, la nécessité de préserver la circulation libre et ouverte de ce « bassin » vise à établir une meilleure connectivité entre l’Asie, le Moyen-Orient et l’Afrique, trois régions à très fort potentiel; mais également à y favoriser le maintien de la paix en appliquant strictement l’Etat de droit dans les espaces maritimes. Cette approche témoigne de la volonté du Japon de consolider sa coopération avec la France ainsi qu’avec les autres pays européens concernés par ces enjeux, et de voir se renforcer la présence française dans la région Asie Pacifique.

En matière de sécurité et de défense, les quatre ministres ont salué le développement des coopérations et acté plusieurs axes : négociations en vue d’un accord d’acquisition et de soutien logistique (ACSA) qui permettra de renforcer l’interopérabilité entre les armées française et japonaise, souhait de voir se concrétiser une coopération sur les drones sous-marins destinés à la lutte anti-mines, développement d’exercices conjoints, approfondissement de la coopération spatiale, à commencer par les systèmes de surveillance spatiale (SSA).

« Un partenariat d’exception lie le Japon à la France. Je suis certain qu’un développement de notre coopération en matière de défense et de sécurité sur la base d’une telle approche stratégique permettra à la coopération nippo-française de franchir une nouvelle étape », conclut M. Kishida dans sa tribune.

Cette 3ème rencontre fut ainsi l’occasion pour les deux pays de recentrer la coordination de leur politique de sécurité et de défense; d’échanger en toute transparence sur la situation en Asie-Pacifique et au Moyen-Orient et, par là même, de sceller les principes de cette collaboration aboutissant à des résultats concrets.

 

Compte-rendu de la réunion « 2+2 »

Communiqué conjoint

Texte intégral de la tribune, première parution dans Le Figaro du 6 janvier 2017