30 novembre 2016

M. Maruyama appelle à poursuivre la coopération franco-japonaise pour contribuer au développement de l’Afrique

Directeur général Afrique du ministère des Affaires étrangères du Japon, Ambassadeur et Sherpa du Premier Ministre Abe pour la TICAD VI (infographie relation Japon-Afrique, Qu’est-ce que le TICAD ?), M. Norio Maruyama était à Paris en novembre, de retour d’Afrique. Invité du Comité d’échanges franco-japonais de la CCI Paris Ile-de-France, son objectif était de faire le point, dans le prolongement de la 6ème Conférence internationale de Tokyo sur le développement en Afrique (TICAD VI) qui s’est tenue fin août à Nairobi, sur différents projets auxquels participent des entreprises privées.

Conf à la CCI

Depuis sa création à l’initiative du Japon en 1993, le processus de la TICAD se développe selon deux principes -à savoir le partenariat et l’appropriation-, associant le niveau étatique, les organisations internationales, le secteur privé ainsi que la société civile. Deux sujets étaient plus spécifiquement à l’ordre du jour du compte-rendu de M. Maruyama : le développement du port de Mombasa (Kenya) et le schéma directeur d’urbanisme du Grand Abidjan (Côte d’Ivoire).

En marge de la TICAD VI, le Japon et le Kenya ont signé le mémorandum d’entente pour développer conjointement une zone économique spéciale du port de Mombasa, destiné à jouer un rôle croissant dans les échanges entre l’Afrique de l’Est et le reste du monde, le continent africain devant connaître l’une des plus fortes croissances dans les prochaines décennies. Après la création d’un nouveau terminal porte-containers, l’objectif, dans une perspective à 20 ou 30 ans, est l’implantation d’une zone économique spéciale dotée de toutes les infrastructures – routes, pont… – et capable d’accueillir une grande diversité d’entreprises industrielles. Un projet très ambitieux, auquel M. Maruyama a invité les entreprises françaises à s’associer, à l’instar du partenariat entre le groupe Bolloré et Toyota Tsusho.

Autre exemple de la coopération France-Japon, l’aménagement du Grand Abidjan qui s’inscrit dans le cadre du mémorandum de coopération signé le 26 août 2016 entre le gouvernement ivoirien, la JICA ¹ et l’AFD ² pour construire une ville durable. Domaine d’excellence pour les entreprises françaises et japonaises, cette problématique est cruciale sur un continent qui fait face à une forte urbanisation.

« Pensez TICAD, pensez PPP ³ … La coopération franco-japonaise est une nécessité pour l’Afrique », a conclu Norio Maruyama devant les représentants des entreprises et des institutions françaises et japonaises. « Je souhaite qu’Abidjan et Mombasa deviennent les symboles de ce partenariat. »

(1) Agence Japonaise de Coopération internationale
(2) Agence Française de Développement
(3) Partenariat Public Privé

 

Pour plus d’informations :

Site du Ministère des Affaires étrangères du Japon : http://www.mofa.go.jp/afr/af2/page3e_000453.html